Livraison gratuite dès 65$, avant code promo, au Québec. P'tit cadeau offert avec tout achat! Cueillette possible à l'atelier de fabrication de Saint-Philippe-de-Laprairie.

TOUT NU!

Noël a toujours été ma fête préférée. Je dois me retenir à deux mains pour ne pas faire le sapin au mois de Novembre! Je fini par attendre impatiemment jusqu’au 1ier décembre, le mois ou les bons souvenirs de famille reviennent au son des premières notes chantées par Renée Martel (hé oh, pas de jugement ici, c’était l’album pref’ de mon défunt pépère Gilles!).

 

Mon pépère nous faisait toujours visiter son voisin Tancrède, qui décorait une pièce d’un immense village de Noël. Nous allions visiter le parc Lafontaine illuminé, voir du théâtre au cœur du Complexe Desjardins, la semaine de la parade à Montréal. Puis il faisait son jambon cuit 72 000 heures, qui embaumait le 3 et demi rue Cartier, jusqu’en Février. 

Cette année c’est un peu différent! Je suis arrivée au 9 Décembre, la langue à terre En fait, plus à terre que ça, je léchais carrément le plancher! C’est vrai que de starter une boutique en ligne le 20 novembre a pesé dans la balance! Avec l’annulation des fêtes, ça a complètement changé ma définition du mot Noël, cette année.

 

Un matin, alors que mes commandes étaient à jour et que j’attendais avec impatience ma 3ième livraison de cire de soja, je me suis bottée le popotin pour décorer dewors d’abord! Je me suis dit que ce qui était important en ce moment, c’était d’apporter un peu de magie des fêtes dans la vie des kids qui passent en voiture, ou des jeunes enfants de la voisine qui seraient heureux de voir le sapin de Noel illuminé en rentrant à la maison!

 

Faque…  j’ai passé 1h de suspense, à affronter tout un défi : un line up au Canadian tire pour des lumières, pour arriver dans un rayon quasi vide, en faisant du slalom entre les humains qui me frôlaient à moins de 2 mètres. Je sais, j’aime les sports dangereux.

 

Me voilà donc, une demi-journée plus tard, sous la pluie verglaçante, à poser des @#(*?&* de lumières de Nowel . Il me fallait au moins 9 boîtes de plus. J’ai un talent pour te dire combien pèse ta darne de saumon à l’oeil, ou pour cuisiner au feeling. Mais les mesures en pieds pour des guirlandes illuminées, c’est pas un talent à marquer dans mon C.V! J’ai fini par finir, comme on dit, les doigts engourdis jusqu’au coude et les sourcils en croûtes! J’avais l’air de la reine des neiges…ok, en brune et un peu plus dodue, mais j’étais heureuse pareil!

 

Les journées ont défilé en fast-foward. Je suis arrivée le 15 décembre, pas de sapin décoré. Pire que ça : le sapin était dans le salon, avec les boîtes de décorations cachées sous le piano. On partait au chalet quelques jours plus tard, je me suis dit que je devais ben faire quelque chose. Me forcer, payer ma fille pour le faire, n’importe quoi. J’ai fait de mon moment de décoration annuel, une tâche à faire qu’on n’aime pas, genre aller chez le gynéco. Un matin, alors que dans ma to-do liste à pu finir, j’avais mis en rouge : FAIRE LE PUTAIN DE SAPIN. J’ai barré ma tâche en me disant au yâble les décos, y restera ben tout nu. J’ai accroché une affiche dans le sapin, pour au moins lui donner une identité. Pis finalement, j’suis pas morte.

 

 
Même que j’ai longuement pensé à mon sapin tout nu! Avec l’annulation des fêtes, ça a complètement changé ma définition du mot Noël, cette année. Un Noël aussi tout nu que mon sapin, mettons. Réellement. À chaque année, je me mets une pression incroyable sur les épaules. À faire plaisir à tout le monde, à recevoir aussi parfaitement que possible. À arriver en Janvier épuisée, en me disant que Noel, c’est ça.

 

J’suis pas tant déçue de l’annulation des festivités. Tirez-moi des roches, ou plutôt des balles de neige, j’assume pleinement. Oui c’est plate et je comprends les gens qui seront seuls pour Noël. Je comprends les grands-parents qui voudraient tant voir leurs petits-enfants et leur faire ingurgiter une quantité incroyable de brownies et autres sucreries à les rendre assez speedés pour danser dans un rave... Mais nous sommes tous dans le même traîneau en ce moment. Noël, c’est aussi des souvenirs. Des moments d’amour, de paix, de réconfort et de détente. Faut le réinventer cette année, user d’imagination. Le papa de ma fille fera sa tournée en voiture, déguisé, pour distribuer ses cadeaux. Je ferai une grande chasse au trésor pour ma fille et mon amoureux. J’ai jamais parlé autant à mes proches au téléphone. Jamais dit autant je t’aime à mes parents qui me manquent. Jamais envoyé autant de photos de ma fille ou de nos soirées à la famille et aux amis. On reste unis, à distance et nous sommes une fois de plus résilients.

 

Ce matin, un café à la main, je songe à la phrase : « Avoir l’esprit de Noël ». Comme le bonheur, c’est dans notre coco que tout se passe en fin de compte. Et si au lieu d’attacher au temps des fêtes, les cadeaux, les réceptions parfaites, les images clichées, on ne faisait que penser aux souvenirs d’enfance, le sourire aux lèvres, sans pression?

 

Je vais prendre du temps pour écouter des films de Nowelll, collée avec ma belle grande puce. Nous ferons une maison en pain d’épices, du sucre à la crème à rendre diabétique, une matinée en pyj à déballer les cadeaux en facetime avec la famille. Mais dans mon cœur, je serai en paix, reposée et connectée d’avantage aux gens que j’aime, parce que je prendrai le temps, sans me forcer. Les souvenirs des autres années flotteront quand même avec « Marie-Noel » jouant à tue-tête dans la maison. J’arriverai peut-être même à sentir l’odeur du clou de girofle et du jambon de mon pépère Gilles, en allumant précieusement ma bougie « Rack à Épices ».

 

Je te souhaite un doux temps des fêtes. Prends le temps qu'il faut pour te reposer, sans pression, steuplaît! Pis si ton sapin arrive tout nu le 24 décembre, ce sera pas la fin du monde.

 

 
Marilyn

Laisser un commentaire